J’étais dans un petit bar célèbre chez les étudiants (j’en é…

J’étais dans un petit bar célèbre chez les étudiants (j’en étais un moi-même) où j’étais un des rares réguliers à rarement boire d’alcool. J’avais une petite réputation d’introverti, mais les autres habitués tentaient de me “pousser à la tâche”, comme ils disaient.

Bref, un soir, je tombe sur un groupe d’étudiantes que je n’ai jamais vues et je commence à parler. Les choses se passent bien avec l’une d’entre elles, je la raccompagne chez elle le soir-même sans que rien ne se passe (je la laisse devant chez elle).

On se revoit plusieurs fois, dans le même bar, et un soir où j’étais un peu plus chaud que d’habitude, elle m’invite à rentrer chez elle. On s’embrasse, non pas pour la première fois, ça finit sur son lit – faute de sofa – et je suppose que c’est une invitation. Ma main glisse entre ses jambes mais je la retire rapidement lorsqu’elle se crispe. De toute évidence, j’ai mal interprété la situation, je m’en excuse et en profite pour reprendre mon souffle. Elle dit que ce n’est pas grave et prend son téléphone, sans doute pour faire quelque chose d’autre que de penser à la situation.

Finalement, quand je vois que la conversation ne repart pas, je lui dis qu’on ferait mieux de retourner au bar puisque ses amis y sont toujours – et surtout les miens. Sauf que les siens n’y sont plus, figurez-vous.

Il faut attendre une dizaine de minutes avant que ses copines reviennent – avec deux de leurs petits copains, dont un m’a l’air particulièrement en colère. Il s’avérait qu’ils venaient d’aller chez elle, manquant de défoncer sa porte en la trouvant verrouillée. Apparemment, ma charmante compagne avait appelé à l’aide – après que je me sois excusé – et ils pensaient que je l’avais séquestrée chez elle.

L’histoire est tombée un peu à l’eau étant donné la situation. Je n’ai plus jamais revu le groupe dans mon bar, et ce n’est pas plus mal …

rencontre au telephone

Le 27/10/2017